Pente Centrale du Pelvoux, le ski dans toute sa splendeur

Les grands sommets des Ecrins font toujours autant rêver. Pelvoux, Ecrins, Ailfroides, La Meije… Ont veut tous les grimper en été. Mais les gravir au printemps lorsque la neige est encore bien apparente, cela est encore bien different. Mais tellement reposant. Ce printemps fut a nouveau exceptionnel en terme de ski dans le massif. Pratiquement tous les couloirs du glacier Noir ont étaient skié. Voir même certains ont été ouvert, comme la mythique goulotte de La Fourastier. La Pente Centrale du Pelvoux, n’a pas dérogé à la règle.

Le Pelvoux, et LE sommet du massif des Ecrins. Quoi qu’on en dise, il est celui que l’on distingue en premier, qui impose de part sa masse, et que même la statue de Whymper pointe du doigt…. C’est pour dire la référence.

Par son côté nord. se cache la grande pente Centrale du Pelvoux. Une pente, qui parait débonnaire, mais qui penche à plus de 55º sur son sommet, et est suspendue au dessus d’une barre rocheuse de 200m. De quoi laisser personne indiffèrent à son appel au vide.

L’approche se fait par le glacier Noir. Longue marche loin des foules, des refuges. L’accès original se fait par une goulotte de 2/3 longueurs presque dans l’axe de la pente, mais cette année un sacre shortcut permettait de descendre la pente intégralement en ski, sans faire de rappel. On choisira cette option pour avancer au plus vite a la montée. Puis s’entame une longue traversée à droite entrecoupée de couloir bien gelés. Le haut de la pente, quand à lui était quasiment tout en poudre. Un vraie plaisir.